La Libra, monnaie digitale du réseau social

Avatar Publié par Nicobelo Le 17/11/2019

Facebook Libre

La Libra, la monnaie digitale du réseau social aux plus de deux milliards d'utilisateurs, sera lancée d'ici l'année prochaine. Ce ne sont pas moins de 28 organismes internationaux qui se sont joints au projet au départ, en investissant chacun 10 millions de dollars. Parmi eux, nous retrouvons Uber, Lyft, Vodafone, Spotify, Free...qui pourront intégrer cette nouvelle monnaie à leurs transactions, puisque Libra ne se limitera pas à Facebook. Il s'agira d'une monnaie stable, centralisée et opérable uniquement par ses organismes fondateurs.

Payer en un simple clic

Mark Zuckerberg - que l'on ne présente plus - veut rendre les transactions plus simples, en prenant comme exemple la facilité d'envoyer un message ou une photo à quelqu'un. Il souhaite inclure les paiements à WhatsApp et Messenger, et en ce qui concerne Facebook, un porte-monnaie électronique sera développé. Un site dédié à l'utilisation de la monnaie Libra a également été mis en place - nommé Calibra - et il sera disponible dans l'AppStore et Google Play, mais également dans Messenger et WhatsApp.

Quid de son utilisation

Au vu des différents domaines d'activités des investisseurs, Libra pourra être utilisée de bien nombreuses façons, notamment en payant des achats sur les différentes filiales du site (nous prendrons l'exemple d'Instagram qui a dernièrement inclus un bouton permettant d'acheter un vêtement). Nous pouvons également penser qu'elle pourra être utilisée pour payer des abonnements téléphoniques, de streaming musical, ou pour payer des courses Lyft. Il semblerait qu'à terme, Libra pourrait servir de moyen de paiement pour certains services de tous les jours, tels que les transports en commun.

Quel est l'objectif de Libra ?

Libra souhaite s'étendre à 100 organismes, puis sur la durée, à l'ensemble des organismes présents dans les pays où sont autorisées les cryptomonnaies. L'objectif étant de rendre plus accessible l'usage de ces monnaies digitales, avec des frais de transactions faibles et des capacités de volumes plus importants, notamment dans les pays où la plupart des habitants ne possèdent pas de compte bancaire.

Pour information, certains organismes se sont retirés du projet, comme PayPal, Mastercard, Visa et eBay entre autres.

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.